Minéraux en tous genres : galets polis, cristaux pointus, cailloux multicolores ou falaises monochromes, tout ce monde inorganique que l'on voit à la surface de l'écorce terrestre fascine Arnaud d'Aunay.
Les formes et les couleurs des pierres trouvent une résonance dans l'âme du peintre comme dans son œuvre. Mais il y a dans sa peinture un changement d'échelle. Ces caillasses ou empierrements que l'on piétine sans même y penser, prennent ici toute leur grandeur. Et leur beauté est révélée par la magie de la peinture. L'artiste s'émerveille de la perfection de la nature et lui rend hommage en la magnifiant.
Arnaud d'Aunay utilise la tempera pour rendre l'atmosphère paisible et silencieuse qui se dégage des minéraux. Cette technique à l'ancienne convient parfaitement pour rendre l'aspect poli et lisse des galets comme pour traduire les aspérités des parois rocheuses où la lumière tantôt glisse et tantôt s'accroche.
Ce regard pertinent et juste, Arnaud d'Aunay le pose sur toute chose que son œil croise. Il n'y a qu'à le regarder croquer en quelques minutes une scène, une attitude ou un paysage pour comprendre l'attention que l'artiste porte sur tout ce qui l'entoure. Arnaud d'Aunay est aussi et avant tout un peintre voyageur. Il nous convie ensuite au périple par la pensée, l'évocation ou même à une simple flânerie intérieure… Infatigable, il a tourné autour du globe, du Vietnam à l'Amérique, en passant par l'Italie ou l'Inde. Dans ses œuvres, l'on retrouve les impressions du promeneur attiré autant par les façades architecturales que les paysages, la vie urbaine que l'existence campagnarde, qu'il nous redonne par fragments, fragments de minéralité, fragments de voyages, fragments de vie…
Isabelle de Maison Rouge.

 

Arnaud D'AUNAY